Defcon - Everybody dies

Rédigé par zikzak - 24 avril 2007

Defcon est une contraction des termes américains DEFense et CONdition, désignant le niveau d’alerte militaire des forces armées des États-Unis.

29 septembre

Le réveil sonne. Machinalement j’appuie sur le bouton pour faire taire cette sirène accomplissant son travail pour me sortir de mon lit. Encore passablement endormi j’allume la lumière, un flash éblouissant s’ajoute à la douleur de mon ouïe meurtrie.

Moitié sourd moitié aveugle j’ère dans le couloir pour arriver jusqu’à la cuisine, un couloir plongé dans les ténèbres après l’éblouissement de l’ampoule. Une fois arrivé j’allume machinalement la télévision et les bulletins d’informations déroulent leur monologue à propos d’incidents dans des pays lointains, qui aussi longtemps que je puisse me souvenir ont toujours été en conflit. J’ouvre le réfrigérateur, ce qui déclenche ce pratique mécanisme qui va en éclairer l’intérieur, je sort alors le lait puis je prépare un petit déjeuner rapide à base de céréales, la télévision continue encore à diffuser des images d’affrontements à base d’armement lourd.

Une fois le petit déjeuner terminé j’appuie sur le bouton off du téléviseur pour mettre fin à ce délire inhumain, puis je me dirige vers la douche qui me permettra de sortir de ce demi cauchemard.

L’eau chaude agresse ma peau et me rappelle à quel point nous sommes sensible à une température trop élevée.

Une fois prêt je n’ai plus qu’à finir de m’habiller pour aller au travail, j’éteins alors ce que j’ai pu laisser allumé depuis mon réveil puis je quitte le domicile, direction le garage.

Une commande à distance me permet d’ouvrir la porte du garage sans effort, un simple bouton rendant ce service. La voiture elle aussi se démarre à l’aide d’un simple bouton et me promet tout le confort possible pour me rendre de mon domicile à mon lieu de travail, la musique faisant partie du voyage.

Alors que tout se passe pour le mieux et que la musique apaise mes sens un bulletin d’urgence est diffusé à l’antenne, on y apprend que des missiles intercontinentaux ont été tiré par ces pays lointains qui se chamaillaient sur le tube cathodiques et comme tout bulletin d’urgence, l’information arrive au moment critique, un flash, tout est blanc, un bruit assourdissant, une tempête de feu qui dévore tout sur son passage.

A l’autre bout de la planète un homme haut gradé relève son doigt du bouton qui mit un point final à une grande partie de ses ennemis.

Defcon, qu’est-ce donc ?

Revenons dans le technique.

Il existe sept niveaux d’alerte, aLERT CONDition ou LERTCON. Cinq d’entre eux correspondent à DEFCON, soit :
  • DEFCON 5 : Préparation normale en temps de paix
  • DEFCON 4 : Préparation normale, mais renseignements accrus et mesures de sécurité renforcées
  • DEFCON 3 : Accroissement de la préparation des forces au-dessus de la préparation normale
  • DEFCON 2 : Accroissement supplémentaire dans la préparation des forces, mais inférieure à la préparation maximale
  • DEFCON 1 : Préparation maximale des forces (état de guerre). Ce niveau est prévu pour une attaque imminente ou prévue de l’armée américaine ou du territoire américain par une armée étrangère. Ce niveau d’alerte n’a jamais été atteint.

C’est ainsi que ce déroulera une partie de Defcon. 5 phases distinctes dans lesquelles on commencera à se préparer et à se positionner puis à partir en reconnaissance pour identifier les cibles jusqu’au moment fatidique où il sera possible de vitrifier le sol de ses ennemis.

Defcon est le troisième jeu d’Introversion, une société anglaise qui avait déjà frappé fort avec Uplink qui consistait à devenir un pirate informatique de renom et Darwinia qui nous plaçait dans le cyber espace pour un jeu de stratégie temps réel en 3d au look retro.

Defcon est un jeu de stratégie temps réel en 2D à l’échelle continentale. On y représente un bloc qui n’aime pas trop ses voisins et qui s’efforcera d’éradiquer un maximum de vies civiles et militaires pour obtenir la victoire suprême.

C’est ça la guerre nucléaire, faire un maximum de morts pour que nos propres survivants puissent assujettir les maigres ennemis encore debout au milieu d’un tas de cendres fumantes.

C’est froid, c’est malsain, on aime. Il suffit de voir un missile s’écraser sur une ville ennemi pour que le système comptabilise le nombre de pertes humaines en centaines de milliers et de ce dire : facile de remporter la victoire.

L’ordinateur ne se laissera pourtant pas faire, ça peut sembler bien gentil d’envoyer des dizaines de missiles sur le bloc adverse mais lorsque celui-ci aura essuyé la pluie nucléaire il aura tôt fait de dévoiler ses sous-marins au large des côtes et de réduire à néant toutes les plus grosses villes.
Vaincre l’ordinateur au début n’est pas une mince affaire, mais le jeu est si bon et si simple à prendre en main qu’on y revient souvent avec une nouvelle stratégie.

Le jeu en ligne permet de monter des alliances et de voir toute la fourberie que ces alliances comportent. Il y a toujours un allier pour se retourner contre vous, comme Uplink en était le porte flambeau : "Trust is a weakness".

Le jeu est à télécharger et ne pèse pas bien lourd de nos jours, même pas 60Mo.

Une fois téléchargé vous pourrez vous y essayer en démonstration mais surtout a vous entrainer avec le mode tutoriel, en anglais uniquement mais tellement simple qu’il ne posera aucun problème.

une fois les bases assimilées vous pourrez lancer votre première partie contre l’ordinateur. Le réglage d’une partie se déroule toujours de la même façon. On choisi le nombre d’adversaires et leur type, humain ou CPU et ensuite on lance la partie.

Il est bien entendu possible de peaufiner les réglages mais dans ce cas là on préfèrera opter pour la version complète permettant de nombreux mode de jeux.
Le jeu existe en deux versions, toutes deux s’achètent en ligne pour une bouchée de pain.

La première version est une simple clef de déverrouillage de la version que vous avez téléchargé, la deuxième version arrive dans votre boîte aux lettres avec une magnifique notice expliquant comment se protéger des retombées radioactives (aussi fourni en fichier PDF avec le dernier patch du jeu).

Introversion a toujours mis un soin particulier à la présentation de ses titres et Defcon continue sur la lancée, le disque contient le jeu ainsi que les démos des deux titres précédents et une interview des créateurs.

Defcon est tout simplement l’un des jeux les plus originaux de ces dernières années, mine de rien il ne coute pas bien cher et est addictif. Il aussi le bon goût de tourner sous Windows, GNU/Linux et MacOS X. Vous verrez d’ailleur beaucoup de joueurs sous la version Mac, des gens ayant de bons goûts.

Jetez-vous sur la démo et achetez-le pour vous changer les idées des jeux habituels sur PC.

Site officiel de Defcon.

Classé dans : Ordinateur - Mots clés : 2D, Linux, stratégie, Survival

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot timyq ? : 

Catégories

Mots clés

Archives