Sega Touring Car Championship

Rédigé par zikzak - 06 décembre 2005

Démystification.

Sorti en 1996 après un bref passage dans les salles d’arcade, STCC n’a pas eu le succès attendu et cela pour quelques raisons bien simples.

Un marché mal préparé

En 1996 la Saturn aura connu quelques excellents jeux de course comme Sega Rally, STCC sera le dernier jeu de ce type sur cette machine.
Alors que dans Sega Rally tout se joue en dérapant avec une maniabilité très arcade dans laquelle il est facile de contre-braquer un véhicule en dérapage à plus de 150KM/H, il en est tout autrement dans STCC.
Sega Touring Car Championship est donc un jeu de course se basant sur les voitures de super touring, il s’agit de courses sur circuit dans lesquelles il est rare qu’une voiture dérape à la Sega Rally et s’en sorte indemne.
Ici on file à plus de 300KM/H et un dérapage est de mauvais augure en général et c’est ce point ainsi que d’autres qui rebutent quand on touche pour la première fois à STCC.

Sega a peaufiné ce titre sur son côté réaliste, tout y est fidèle à la réalité physique que l’on connait lorsqu’on conduit un véhicule. Par exemple sur l’autoroute un changement de file à 130KM/H se fait sans coup sec sur le volant alors que dans Sega Rally et nombres d’autres jeux de courses c’est la méthode la plus simple pour prendre un virage. STCC se veut réaliste et un grand coup de volant vous enverra voir le mur de plus près, ce qui est fortement déconseillé au volant d’une voiture réelle.

Maniabilité

Elle semble donc bizarre pour un jeu sorti sur borne à la base d’arcade, les jeux sur borne se voulant instinctifs. Les bornes STCC existerons en version grand luxe avec un habitacle des voitures elles-mêmes dans leurs dimensions réelles.

La pire chose à faire quand on teste STCC sur Saturn est d’utiliser le Pad numérique d’origine de la console, car il est alors impossible de jauger le coup de volant que l’on met et dans ce cas le jeu interprétera ça comme un coup de volant maximum, on n’a alors plus aucun contrôle de la voiture. Première approche du jeu très frustrante quand on a l’habitude des jeux de course sur console dans lesquels on prend des virages à 200KM/H tout en dérapage.
Le meilleur choix est d’utiliser le pad analogique créé pour le jeu Nights par Sega.
La maniabilité est vraiment la première chose qui choque dans STCC et qui rebutera les moins courageux.

Graphisme

Il n’y a pas à dire le jeu est rapide, trop rapide même et il semblerait que l’équipe de Sega, nommée AM Annex, responsable de ce jeu ait décidé de faire sauter quelques images pour accélérer le tout et permettre à la console de tout afficher sans qu’on aie l’impression que tout apparaisse d’un seul coup comme dans Sega Rally où parfois des pans entiers de montagne apparaissaient sous nos yeux.
Du coup on a l’impression par moment que des étapes sont manquantes et ça file parfois mal au crane après de trop longues parties à essayer de battre ses propres records en time attack.
On s’y fait si on s’accroche à ce jeu pour en tirer toute la moelle, il s’agit des deux gros défauts qui sautent aux yeux lors des premières parties. Des défauts qui n’en sont pas vraiment, surtout pour le premier car le jeu se veut un minimum réaliste.

Un coup d’oeil à la vidéo suivante vous donnera une idée de la qualité graphique de ce jeu ainsi que de la bande son excellente qui l’accompagne.


Réalisme encore et toujours

La bande son du jeu a fait l’objet de beaucoup de soin elle aussi, le bruit des moteurs est plus que convaincant, la musique est d’excellente facture avec des thèmes très house dont un remix de Sega Rally assez impressionnant quand on connait l’original.

Les voitures sont au nombre de sept dont trois sont cachées, on pourra évoluer sur cinq circuits dont deux seront aussi à débloquer. Les voitures sont très bien rendues de même que les circuits avec des portions techniques et où la trajectoire idéale est le meilleur et peut être le seul moyen de gagner.

Durée de vie

Le faible nombre de véhicules et de pistes peut sembler mauvais pour la durée de vie de STCC mais par le fait de son réalisme très poussé on ne cesse de surpasser les meilleurs temps, de plus le jeu fonctionne sur deux modes différents.

Le mode Arcade side est identique à la version arcade et les adversaires y sont très forts, le mode Saturn Side permet quant à lui de régler la voiture comme bon nous semble pour l’adapter à notre style de conduite. Chacun des modes permet de débloquer de nouvelles choses pour rallonger la durée de vie.
Il y avait même un classement sur internet qui n’est malheureusement plus disponible depuis peu, il aura tout de même tenu plus de 9 ans, signe qui ne trompe pas sur le fanatisme que portent certains joueurs envers STCC.

Si on s’accroche vraiment à ce jeu on se rend vite compte de ses points forts et on en oublie presque ce qui a pu nous perturber dans les premiers instants.
Reprendre le jeu après quelques temps est toujours difficile car STCC est vraiment unique en son genre sur console de salon par rapport à tous les autres jeux de courses et c’est ce qui en fait son charme, plus on s’entraine et plus on voit tomber les temps qui semblaient inaccessibles.

Définitivement, STCC doit faire partie de la ludothèque Saturn de tout fan de cette console mais il faut vraiment faire l’effort de se pencher sur ce jeu pour l’apprécier à sa juste valeur ; c’est ce qui entraina sa chute dans un premier temps à cause de journalistes de l’époque qui n’avaient pas pu investir assez de temps dans le jeu pour dévoiler sa profondeur et c’est sans doute ce qui a toujours empêché la sortie d’un deuxième opus mais c’est aussi une chance car cette injustifiée mauvaise image de STCC fait qu’on le trouve à un prix dérisoire et très souvent en excellent état. Si vous trouvez un exemplaire prenez-le et faites l’effort d’y jouer à fond avec un pad analogique et vous verrez que l’AM Annex avait fait un excellent travail.

N’hesitez pas à revenir poster vos temps dans les commentaires de cet article ainsi que vos avis sur ce jeu.

Classé dans : Saturn - Mots clés : 3D, Arcade, Course, sport

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot yjzf ? : 

Catégories

Mots clés

Archives