Culdcept

Rédigé par zikzak - 27 octobre 2005

Quand le Monopoly rencontre Magic l’assemblée.

Moi qui adore le Monopoly et qui était un joueur de Magic il y a quelques années je n’ai pu que succomber à Culdcept sur Saturn. Maintenant charge à moi de partager mes connaissances sur ce jeu pour que vous soyez à même de juger s’il vous correspond ou non.

Culdcept fut édité en 1997 par omiyasoft sur la Saturn et uniquement au Japon ce qui est fort dommage pour un jeu qui a tout pour plaire.
C’est donc dans les derniers jeux de la Saturn que paraît Culdcept et la qualité s’en ressent, les graphismes sont de très bonne qualité ainsi que la musique et je reviendrais sur ces deux points plus tard.

Concept

Ce titre est un jeu de plateau qui dans les règles de base se rapproche du Monopoly avec des terrains dont il faut faire augmenter le loyer pour mettre votre ou vos adversaire(s) sur la paille ou tout du moins obtenir la somme d’argent fixée en début de partie avant tout le monde.

Ici c’est l’énergie magique qui prend la forme de monnaie car on ne pose pas d’hôtel sur ses terrains mais plutôt des gardiens (monstres en tout genre) que l’on achète avec l’energie que l’on a en poche, ces gardes seront plus ou moins efficaces suivant le terrain sur lequel ils évoluent.

Pour poser les monstres on fait appel à des cartes au travers d’un deck de 50 cartes que l’on construit avant la partie, chaque victoire ou défaite rapporte des cartes et des défaites il y en aura souvent car le CPU semble avoir la capacité d’arrêter le lancé de dé comme ça l’arrange.

Culdcept est un jeu très stratégique et la construction du deck a une très grande importance, il faut toujours l’adapter en fonction de l’ennemi à vaincre quand on joue contre le CPU.

Toutes les cartes sont équilibrées et ce qui peut passer pour un terrain facile à prendre peut se retourner contre vous car le CPU prévoit toujours une sécurité pour s’assurer la victoire, il ne faut pas croire que les monstres les plus forts vous permettront de gagner sans difficulté et c’est même parfois plutôt le contraire car plus les cartes sont fortes et plus elle coûtent cher à poser avec ensuite des défauts qui peuvent poser de gros problèmes et que le CPU saura exploiter.

Tout ça pour dire que le CPU m’en a fait baver, perdre des cheveux, jurer, et presque donné l’envie de meurtre devant sa chance insolente, mais malgré tout je reviens souvent sur ce jeu qui, à part l’IA un peu trop forte, a de nombreuses qualités.

Bande son

La bande son de Culdcept est signée par l’illustre Yuzo Koshiro, une célébrité dans l’univers vidéoludique qui fut à l’origine des bandes sons fabuleuses de la série des Streets of rage sur Megadrive ainsi que Super Shinobi mais aussi Actraiser sur SuperNintendo.
La musique de Culdcept est douce et harmonieuse, un genre dans lequel on n’a pas l’habitude de rencontrer le versatile Yuzo Koshiro qui s’en sort ici aussi très bien, même si cette bande son ne marquera pas les esprits comme ses autres productions.

Graphismes

La vue du plateau de jeu est une vue en 3D isométrique pour un jeu en 2D comme à l’ère des jeux 16bits. Cela ne gène en rien car ses graphismes sont fins et le jeu regorge d’effets spéciaux sympathiques.

Lors des confrontations entre cartes on passe à un écran présentant les deux cartes et lorsque les attaques sont lancées on a droit à des effets 3D, les cartes pouvant finir découpées, déchirés, trouées etc.
Les illustrations des cartes n’ont rien à envier aux jeux de rôles habituels, on doit ces illustrations à deux artistes :
Je vous invite à visiter leurs site respectif pour vous en faire une idée ainsi qu’à parcourir (si ce n’est déjà fait) les images de cet article.

Conclusion

Bien que le jeu soit uniquement disponible en japonais il est tout à fait jouable pour une personne ne comprenant pas ce langage (tout comme moi), on avance en essayant les nouvelles cartes glanées et en observant les stratégies du CPU.
C’est un excellent jeu qui m’a vraiment surpris et dont je n’arrive plus à me détacher actuellement, comme pour Magic c’est l’envie d’avoir un deck quasi parfait qui est le moteur du jeu et d’ainsi ridiculiser le CPU qui à vraiment le cul bordé de nouilles.
On peut trouver ce titre pour moins de 15€ dans sa version Satakore chez Direct from Japan.

Site officiel.

Classé dans : Saturn - Mots clés : stratégie, CCG

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot agbdx ? : 

Catégories

Mots clés

Archives