Dragon Ball FighterZ

Rédigé par zikzak - 14 octobre 2018

Enfin disponible sur Switch un an après la sortie sur les machines concurrentes.
N'ayant que la console de Nintendo ce qui frappe immédiatement c'est le style visuel.
Le moteur 3D utilisé pour rendre un jeu de combat 2D est au point, on croirait assister à un dessin animé, les effets visuels sont maitrisés et les combat on une dynamique incroyable.
La maniabilité sur la Switch est simplifiée pour avoir des coups spéciaux faciles à sortir ce qui rend le jeu souvent pire que le déluge de rayons qu'on rencontre dans Marvel versus Capcom par exemple, cela empire lorsque le niveau difficulté ou de maîtrise augmente, entre les attaques téléportées et les interventions de l'un des deux autres personnages le combat devient plus qu'un simple foire d'empoigne.
Car oui, il y a trois personnages par équipe, les deux en retrait peuvent être appelé comme support ou tout simplement remplacer le combattant actuellement en première ligne et ça fonctionne extrêmement bien.
Le mode histoire est efficace avec un méchant vraiment méchant comme le veu la série depuis toujours, facile à boucler.
Ensuite viennent les différents modes hors-ligne comme le mode Arcade à la difficulté adaptative, plus vous êtes doués et plus le prochain combat risque de vous faire ravaler votre fierté.
Le mode championnat qui peut accueillir jusqu'à 16 participants, tous humains ou un mix avec des équipes gérées par la console, un bon moyen de passer la soirée comme à l'époque des 16 bits et avec sa maniabilité accessibles tout ceux qui ont pour habitude marteler les boutons sans sortiront bien.
Le mode face-à-face classique et d'autres mode comme l’entrainement et la visualisation de combats enregistrés.


Là où le bât blesse c'est dans la bande son, couverte par les bruitages, le jeu en-ligne avec de la latence pénalisante, mais aussi et surtout dans la maniabilité avec un ensemble de personnages au comportement peu ou prou identiques, passer d'un combattant à un autre ne demande pas vraiment d'adaptation.
La prise en main est bien trop simplifiée et rend le jeu plus proche d'un jeu de mêlée que d'un jeu de combat 2D comme Street Fighter 4.
On regrettera les temps de chargements très longs et le contenu téléchargeable payant, lequel fait grimper la facture du jeu à plus de 100€ pour tout avoir; ce qui est ridicule quand on considère que tous les personnages se jouent de la même façon.

Un bon jeu qui flatte la rétine à sortir pour se défouler en local de temps en temps, ou en ligne une fois que les bases sont bien connues car alors le jeu devient vraiment technique, cela demande un investissement excessif malheureusement car le bourrinage est plus efficace la plupart du temps.

Les autres développeurs devraient s’inspirer du moteur de jeu et du 3vs3 pour leur prochains titres, n'est-ce pas SNK ? Un KOF15 avec un remplacement dynamique au lieu de Strickers serait juste excellent surtout avec le charisme de vos personnages au lieu du SNK Heroines Tag team frenzy malheureux qu'on a obtenu.

Classé dans : Switch - Mots clés : 2D, 3D, combat

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot lrkhmt ? : 

Catégories

Mots clés

Archives