La saga Sonic sur Master System

Rédigé par zikzak - 21 mai 2005

De 1991 à 1996 en 6 épisodes.

Sonic est le porte-drapeau emblématique de SEGA qui a produit un grand nombre de jeux reprenant ce personnage aussi bien en héros principal qu’en simple clin d’oeil.

Sonic the Hedgehog.

28 décembre 1991.

C’est pour contrer la mascotte rivale que Sonic fut créé. Ce rival est bien connu de tous les joueurs, il s’agit du plombier italien moustachu et ventripotent de Nintendo.La lutte entre ces deux protagonistes, et donc entre les deux compagnies, s’étalera sur une décade. Désormais SEGA développe sur toutes les machines ainsi que sur celles de son ancien ennemi.

Sonic arrive en 1991 pour remplacer la précédente mascotte de SEGA qui était alors Alex Kidd.
C’est Naoto Oshima qui créera le personnage de Sonic et Yuji Naka sera le programmeur principal qui deviendra plus tard responsable de la Sonic Team.
Naoto Oshima était déjà à l’oeuvre chez SEGA sur Phantasy Star (Master Sytem - 1988) et Phantasy Star II (Megadrive - 1989) avant la création du personnage qui nous intéresse dans cet article.
Sonic est un hérisson de 15 ans vivant sur la planète Mobius, il est capable de passer le mur du son , c’est l’animal terrestre le plus rapide de cette planète.
Sa couleur bleue est du à une expérience menée par le scientifique Julian Ivo Kintobor.
Plus tard, ce même Docteur deviendra l’ennemi juré de Sonic sous le nom de Docteur Robotnik.
Ce personnage sera le résultat d’une mauvaise manipulation des émeraudes du chaos, celles-ci possèdent une puissance gigantesque ainsi que chaotique, et c’est cela qui créa le savant fou que nous connaissons.
Le Dr. Robotnik est donc le grand méchant dans tous les épisodes de la série, son objectif est de régner sur Mobius et pour cela il doit vaincre Sonic mais aussi collecter ces pierres précieuses.
Sonic the hedgehog est une prouesse sur Master System, le jeu est rapide et détaillé mais un peu trop facile, il est de nos jours encore très plaisant de courir comme un dératé dans les niveaux de ce jeu.

Sonic the Hedgehog 2.

25 Octobre 1992.

L’engouement pour la nouvelle mascotte de Sega est immense sur toutes les consoles de la firme.
L’honorable Master System a donc droit à son deuxième épisode et Robotnik refait son apparition malgré sa défaite, il a la rancune tenace et ne semble pas supporter le bleu.
Sonic aura donc pour mission de récupérer les émeraudes du chaos à nouveau, de sauver les animaux transformés en machines (les badniks) mais surtout de sauver Miles ’tails’ Prower qui est un ami proche kidnappé par le savant fou local.
Nouvel épisode et nouveau personnage dans la série, Tails (pour les intimes) est un jeune renard ayant deux appendices caudaux (deux queues pour faire simple) lui permettant d’atteindre une vitesse de déplacement en deçà de celle de Sonic mais toutefois assez élevée.
Le grand avantage de cette spécificité pour ce personnage est qu’il peut se servir de ses queues en guise d’hélices et ainsi voler temporairement, Sega après avoir mis au monde le premier hérisson supersonique nous apporte un renard volant.
Le jeu est semblable graphiquement au premier épisode mais avec des niveaux plus vastes et une difficulté plus élevée, mention spéciale pour le dernier boss bien stressant.
La musique n’est pas en reste et nous prouve que la Master System est capable de bonnes choses pour une machine 8bits.
Le gros hic de ce deuxième épisode tien des niveaux eux-mêmes, ils sont chaotiques et augmentent la difficulté par leur conception laissant à désirer par moment, à courir comme un fou on fini souvent au fond d’un trou, les boss sont tout bonnement ridicules car cette fois Sega a décidé qu’on ne verrait Robotnik que pour la fin.
En soit c’était une bonne idée mais les programmeurs avaient épuisé le stock d’idées quand ils ont conçu les horreurs qui sont censées vous empêcher de passer au niveau suivant.
Au final cet épisode vaut le coup mais est bien moins intéressant que le premier.

Sonic the Hedgehog Chaos.

25 Octobre 1993.

Dans cet épisode on pourra jouer avec Sonic ou Tails (libéré dans Sonic 2).
Sonic Chaos est nommé Sonic & Tails dans sa version japonaise.
Cet épisode se passe sur South Island, cette île de Mobius commence à sombrer lentement dans la mer depuis que Robotnik à pris possession d’une des émeraudes du chaos et dispatché les émeraudes restantes aux quatre coins de l’île.
Les graphismes on été revus et sont plus beaux pour les deux héros qui gagnent en volumes et aussi en techniques de déplacement, le spindash fait son apparition.
De nombreux nouveaux items (chaussures à propulsion, chaussures à ressorts etc.) sont disponibles pour vous permettre d’explorer les larges niveaux du jeu.
Le jeu est composé de six zones au noms toujours aussi ridicules :

  • Turquoise Hill Zone
  • Gigalopolis Zone
  • Sleeping Egg Zone
  • Mecha Green Hill Zone
  • Aqua Planet Zone
  • Electric Egg Zone

Pour obtenir les émeraudes manquantes (au nombre de 5) il vous faudra entrer dans un stage spécial à découvrir durant vos balades dans les niveaux.
Seul Sonic est capable d’obtenir les émeraudes et pour cela il faut finir la zone spéciale dans le temps imparti ce qui n’est pas toujours évident.
On remarque aussi que dans cet épisode il n’y a pas de point de sauvegarde et que donc toute faute nous ramènera au début du stage en cours ce qui augmente un peu la difficulté qui n’est pas bien haute à la base.
Tout le reste est comme pour le précédent épisode, Robotnik ne sera combattu qu’à la fin et le reste est pitoyable pour des boss tout comme dans l’épisode précédent.
La bande son est toujours aussi bonne pour de la master system, Sonic Chaos est bien meilleur que les deux précédents épisodes.

Dr. Robotnik’s Mean Bean Machine.

Janvier 1994.

Ce jeu est ce qu’on peut appeler un spin-off, ce terme désigne un jeu qui reprend une licence mais s’écarte de la série de base par son concept.
Ici on a à faire avec un remix de Puyo Puyo, il s’agit d’un jeu de réflexion dans lequel des Puyos tombent du haut de l’écran par paire.
Les Puyos sont présent dans cinq couleurs, le but est de connecter au moins 4 Puyos de la même couleurs pour que ceux-ci quittent l’aire de jeu et accessoirement entrainent des enchainements en faisant s’écrouler les autres Puyos environnant, c’est l’objectif à atteindre pour avancer dans le jeu car il est vraiment difficile mais aussi très très prenant, comme la plupart des jeux de réflexion.
Ce qui rapproche ce Puyo Puyo de la saga Sonic c’est le fait que tous vos ennemis font partie de l’univers de Mobius, ici nous avons donc droit à Dr. Robotnik et ses acolytes, 13 personnages à vaincre pour venir à bout de l’histoire de ce jeu.
Le jeu propose donc un mode scénario mais aussi un mode puzzle extrêmement addictif.
Un très bon jeu à posséder sur master sytem, comme tous les épisodes de la série Puyo Puyo.

Sonic Spinball.

Août 1994.

Cette fois on revient dans la série principale, le Dr. Robotnik a créé une base sur un volcan et se sert de la puissance de celui-ci pour transformer les animaux en robots encore plus vite qu’avant.
Sonic ayant connaissance de ces méfaits il part avec l’aide de Tails en direction du volcan mais le Docteur a tout prévu cette fois, la base est surprotégée et c’est l’avion de Tails qui en fera les frais laissant Sonic seul à l’assaut de la forteresse.
Cette forteresse se présente comme un flipper géant, quatre étages attendent Sonic avec leurs nombreux pièges.
Nous voici donc dans un jeu de flipper mais comme nous sommes dans un épisode de Sonic nous aurons aussi de courts passages de plate-forme.
La maniabilité est assez spéciale car Sonic peut être légèrement dirigé durant ses envols à l’aide de la croix directionnelle, les deux boutons de la manette permettant d’agir sur les flips gauche et droit.
Ce jeu est assez difficile car comme tout jeu de flipper on n’envoie pas toujours la boule là où on le désir et les objectifs ne sont jamais simples, la durée de vie du jeu s’en trouve très allongée.
Un épisode assez bizarre mais loin d’être mauvais sur master system.

Sonic blast.

Novembre 1996.

Dernier épisode des aventures de Sonic sur la console de salon 8bits de Sega.

Robotnik est de retour en tant que boss de fin de niveau et Knuckles vient prêter main forte à Sonic pour mettre une branlée au Docteur et récupérer les 5 émeraudes du chaos.
Le jeu reste tel qu’on le connaît sur le fond, c’est sur la forme qu’il y a beaucoup de changement sur cet ultime épisode de la Master System.
Ici les personnages ont pris du volume, ils sont plus grands et leur forme est passée par une étape de rendu 3D.
La Master System n’est pas habituée à ce traitement et cela s’en ressent, l’affichage est parfois plus réduit et les héros ont perdu en vitesse, ce qui fait de cet épisode le plus lent des Sonics sur l’honorable 8bits.
On peut considérer ce jeu comme un tour de force pour cette console, il suffit de voir le stage bonus des émeraudes pour s’en convaincre.
Ce stage bonus est tout en 3D, c’est vraiment impressionnant pour de la Master System.
Ce jeu sera distribué au Brésil par Tectoy, société qui garda la Master System en vie très longtemps, pour preuve cet épisode est sorti fin 1996, à cette époque la Saturn était déjà présente depuis plus de deux ans.
C’est donc en beauté que finira la saga Sonic sur la 8bit, en beauté mais pas plus car le jeu est fade et n’apporte rien sur le fond comparé aux épisodes précédents.

Conclusion

Sonic aura changé maintes fois sur la Master System et aura chaque fois apporté une nouvelle petite touche à la série de façon à ce qu’on découvre un nouveau jeu avec chaque nouvelle aventure.
Si il ne fallait en retenir qu’un sur Master System ce serait Sonic Chaos qui est vraiment dans l’esprit originel des jeux de plate-forme de la saga.
Une saga a redécouvrir, la Master System approchant de ses vingt ans les jeux et la console ne valent plus grand choses au niveau pécuniaire mais ils restent tout de même très intéressant à jouer et parfois difficiles à dénicher, comme Sonic Blast.
En espérant vous avoir donné l’envie de ressortir la Master System du placard ou bien de vous en procurer une, de préférence le premier modèle.

Classé dans : Master System - Mots clés : plateforme

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot zhcahy ? : 

Catégories

Mots clés

Archives