Nintendo et la 3D

Rédigé par zikzak - 20 juin 2010

En général on ne pense qu'au Virtual Boy et à la 3DS mais il y a bien plus que cela.

Non le Virtual Boy n'est pas la première tentative de Nintendo sur l'affichage pour ses consoles.
Ce ne fut pas non plus le premier échec, Nintendo en a retenu des leçons pour en arriver à la 3DS.

En ce qui concerne l'echec le plus célèbre (le Virtual Boy en 1995) il s'agit du rendu graphique lui-même, du monochrome (rouge); puis de la maniabilité avec un casque difficile d'emploi et finalement les deux derniers donnent lieu à de bonne migraines.
Pas facile de vendre un tel produit, on n'y reprendra pas Nintendo à deux fois
Pourtant le Virtual Boy a un ancêtre

Famicom 3D system


Une décennie plus tôt, l'ère de la Famicom. Un jeu utilise la stéréoscopie, il s'agit de Famicom Grand Prix II: 3D Hot Rally. La technologie utilisée à l'époque est dite Shutter Glass, on masque un œil puis l'autre de façon à créer une illusion de 3D. Mais dans le milieu des années 80 avec 60 images par secondes l'œil humain perçoit la supercherie. 2 autres titres seront compatibles avec ces lunettes Highway Star et Falsion.

Nintendo n'arrêtera pas d'expérimenter, car si il y a 20 ans la technologie ne permettait pas d'avoir des résultats probants, en 2010 cela devient quelque chose de tangible. Avant d'arriver à la 3DS il y a eu des essais comme pour le Gamecube. Hideki Konno en donne la preuve: “Nous avons effectivement testée la stéréoscopie durant la période du Gamecube. Nous utilisions le jeu Luigi’s Mansion pour tester la 3D et un peu plus tard le jeu fut commercialisé.”
Pour cela un écran LCD était connecté directement aux circuits de la console. "Il y avait de la profondeur. Nous pouvions estimer la distance facilement, la taille des pièces ainsi que la sensation d'échelle. Nous en arrivions au point qu'il serait possible de créer un nouveau type de jeu vidéo et la raison pour laquelle cela ne se concrétisa pas, pour le moment, est que la console et l'écran étaient deux éléments séparés."

La prochaine étape était donc d'avoir une console comportant l'écran LCD, le Gameboy Advance est alors le choix le plus naturel et pourtant cela ne se ferra pas. “La puissance graphique de la GBA n'était pas suffisante,” révèle Iwata, "alors nous avons abandonné car il y avait peu d'intérêt pour les joueurs".

La DS aurait pu utiliser ce système avec son rendu graphique bien supérieur à la GBA mais Nintendo face à ses multiples échecs préfère attendre que le marché soit mature. Et l'avènement de Avatar préparera le marché à la 3D. “C'était une chance phénoménale car deux ans plus tôt, lorsque nous prîmes la décision, il était simplement impossible de prédire cela.” conclu Iwata. “Tout notre travail précédent n'est pas perdu. Nous avons été capable de suivre l'avancée et de prédire que le système deviendrait mature.”

La 3DS est donc le nouveau point de départ de cette technologie, serait-elle applicable à une console de salon ? Le point de vue d'Iwata est le suivant “Si vous affichez une image 3D, la qualité de l'image devient extrêmement mauvaise, alors nous attendrons probablement le prochain système. Nous pensons que cela ne sera raisonnable que lorsque le parc de télévisions 3D sera d'au moins 30%.”

Nintendo fait comme à son habitude montre de patience, et cela paie jusqu'à maintenant. Il est possible que la prochaine console de salon de Nintendo n'inclus pas cette technologie car le marché ne sera pas suffisamment équipé, toutefois cela pourrait apparaitre comme périphérique, on peut leur faire confiance pour utiliser le résultat de leurs expériences passées.

Classé dans : 3DS - Mots clés : 3D, bidouille, matériel

Les commentaires sont fermés.

Catégories

Mots clés

Archives